10/01/2007

Queen "Bohemian rhapsody (Rhapsodie bohémien)" 1975

Is this the real life, is this just fantasy
Caught in a landslide, no escape from reality
Open your eyes, look up to the skies and see
I'm just a poor boy, I need no sympathy
Because I'm easy come, easy go, little high, little low
Anyway the wind blows, doesn't really matter to me, to me...

Mama, just killed a man
Put a gun against his head
Pulled my trigger, now he's dead
Mama, life had just begun
But now I've gone and thrown it all away
Mama oooh...
Didn't mean to make you cry
If I'm not back again this time tomorrow
Carry on, carry on, as if nothing really matters

Too late, my time has come
Sends shivers down my spine
Body's aching all the time
Goodbye everybody, I've got to go
Gotta leave you all behind and face the truth
Mama oooh (any way the wind blows)
I don't want to die, I sometimes wish I'd never been born at all

I see a little silhouetto of a man
Scaramouche, scaramouche, will you do the Fandango
Thunderbolt and lightning, very very frightening me
Galileo (Galileo)
Galileo (Galileo)
Galileo figaro (Magnifico)
I'm just a poor boy and nobody loves me
He's just a poor boy from a poor family
Spare him his life from this monstrosity
Easy come, easy go, will you let me go
Bismillah! No, we will not let you go, let him go
Bismillah! We will not let you go, let him go
Bismillah! We will not let you go, let me go
Will not let you go, let me go
Will not let you go, let me go
No, no, no, no, no, no, no
Oh, mama mia, mama mia, mama mia let me go
Beelzebub has a devil put aside for me, for me, for me

So you think you can stone me and spit in my eye
So you think you can love me and leave me to die
Oh baby, can't do this to me baby
Just gotta get out, just gotta get right out of here

Nothing really matters, anyone can see
Nothing really matters, nothing really matters to me
Any way the wind blows...

Est-ce que c'est la vrai vie, ou n'est-ce qu'une illusion
Pris dans un glissement de terrain, aucune échappatoire à la réalité
Ouvre tes yeux, regarde le ciel tu verras
Je ne suis qu'un pauvre gars, je n'ai pas besoin de sympathie
Parce que je suis facile à vivre, mes émotions sont stables
De quel côté le vent souffle, ça m'importe peu, à moi...

Maman, j'ai tué un homme
J'ai mis un revolver sur sa tempe
Appuyé sur la gâchette et maintenant il est mort
Maman, la vie ne fait que commencer
Mais voilà que je viens de la gâcher complètement
Maman, ooh...
Je n'ai pas voulu te faire pleurer
Si je ne suis pas revenu à cette heure-ci demain
Continue, continue, comme si plus rien n'avait d'importance

C'est trop tard, mon heure est venue
J'ai des frissons qui me parcourent le dos
Mon corps me fait mal de partout
Au revoir tout le monde, je dois partir
Je dois tous vous laisser dans mon passé pour affronter la vérité
Maman, oooh (de quel côté le vent souffle)
Je ne veux pas mourir, parfois je souhaiterais ne jamais être né

Je vois la petite silhouette d'un homme
Scaramouche, scaramouche, vas-tu faire le Fandango
Tonnerre et éclairs, très très effrayant pour moi
Galileo (Galileo)
Galileo (Galileo)
Galileo figaro (Magnifico)
Je ne suis qu'un pauvre gars, personne ne m'aime
Il n'est qu'un pauvre gars, d'une pauvre famille
Épargnez sa vie de cette monstruosité
Facile à vivre, allez-vous me laisser partir
Bismillah! Non, on ne te laissera pas partir, laissez-le partir
Bismillah! On ne te laissera pas partir, laissez-le partir
Bismillah! On ne te laissera pas partir, laissez-moi partir
On ne te laissera pas partir, laissez-moi partir
On ne te laissera pas partir, laissez-moi partir
Non, non, non, non, non, non, non
Oh, mama mia, mama mia, mama mia laissez-moi partir
Beelzebub a un démon en réserve pour moi, pour moi, pour moi

Alors tu penses que tu peux me lancer des roches et me cracher dans les yeux
Alors tu penses que tu peux m'aimer et me laisser mourir
Oh bébé, tu ne peux faire ça à mon bébé
Je dois sortir, je dois absolument sortir d'ici

Rien n'a vraiment d'importance, n'importe qui peut le voir
Rien n'a vraiment d'importance, rien n'a vraiment d'importance pour moi
Peu importe de quel côté le vent souffle...

12:47 Écrit par David dans Queen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.